Les beautés de la Grèce

 

Pétra, merveille du monde

Jérusalem, la ville trois fois sainte

Vous souhaitez recevoir une
documentation gratuite

Aqaba - Athènes
du 26 avril au 6 mai 2019

Avec ce voyage inédit je vous dévoile des trésors incontournables, merveilles créées par la nature ou par les hommes. Bien sûr nous verrons aussi des sites moins connus, mais les uns et les autres, à leur manière, contribuent à susciter l’émotion et pour certains à modifier notre vision du monde.

Nous commencerons par la Jordanie et ses parfums d’Orient. Nous nous rendrons d’abord à Pétra une des perles du monde antique. Puis nous verrons le mystérieux désert de Wadi Rum, sillonné jadis par les caravanes d’épices et d’encens venues d’Arabie. Par le mythique Canal de Suez nous gagnerons la Méditerranée afin de toucher Ashdod pour nous rendre à Jérusalem où se noue et s’entremêle l’écheveau de l’histoire brûlante du Moyen Orient d’aujourd’hui.

Nous retournerons ensuite vers l’Europe en suivant à rebours le chemin des commerçants et conquérants. Après l’île de Crète nous toucherons à la Grèce
où nous entrerons par la petite porte pour découvrir des sites qui conservent
la trace des occupations byzantine, ottomane ou vénitienne.

D’Orient ou d’Occident, ce voyage aborde des cultures différentes dont les apports ont marqué durablement l’histoire de notre civilisation. Partons à leur découverte…

  • 26 avril 2019
    Aqaba (Jordanie)
    Embarquement : 17:00
  • 27 avril 2019
    Aqaba (Jordanie)
    Départ : 19:00
  • 27 avril 2019
    Pétra (Jordanie)
    Arrivée : 19:00 – Départ : 17:00
  • 29 avril 2019
    Canal de Suez (Égypte)
    Arrivée : 19:00 – Départ : 23:00
  • 30 avril 2019
    Jérusalem (Israël)
    Arrivée : 6:00 – Départ : 22:00
  • 2 mai 2019
    Héraklion (Grèce)
    Arrivée : 12:30 – Départ : 19:15
  • 3 mai 2019
    Pylos (Grèce)
    Arrivée : 11:00 – Départ : 20:00
  • 4 mai 2019
    Kalamata (Grèce)
    Arrivée : 8:00 – Départ : 20:00
  • 4 mai 2019
    Mistra (Grèce)
    Arrivée : 8:00 – Départ : 20:00
  • 5 mai 2019
    Monemvasia (Grèce)
    Arrivée : 8:00 – Départ : 12:00
  • 5 mai 2019
    Hydra (Grèce)
    Arrivée : 16:15 – Départ : 23:00
  • 6 mai 2019
    Athènes (Grèce)
    Arrivée : 8:00
Programme pré/post acheminement
  • Aqaba

    Au bord de la mer Rouge, au fond du golfe qui porte son nom, Aqaba est le seul port de Jordanie ouvrant le pays au reste du Monde. La ville moderne s’est beaucoup étendue sur son front de mer orientant ses activités vers l’accueil des touristes. Son développement se poursuit avec d’ambitieux projets environnementaux.

    Le port d’Aqaba sera pour nous le point de départ pour la visite du site de Pétra et le désert de Wadi Rum.

    Excursions optionnelles :
    • Pétra
    • Aventure à Wadi Rum

  • Pétra

    Pétra, (« pierre », en grec), est sans doute l’un des plus beaux sites archéologiques du Proche-Orient, un des plus étonnants aussi.
    On le découvre au détour d’un long canyon taillé dans le grès rouge du djebel Khubtha, protégé de toutes parts par de hautes falaises. Toute une ville antique se découvre alors avec ses temples, son marché, son théâtre et ses innombrables tombeaux, tous taillés à même le roc.

    Découvert en 1812, le site n’a vraiment été étudié qu’un siècle plus tard et toute une civilisation à mi-chemin de l’Orient et de l’Occident est sortie de l’ombre. Commerçants arabes, trafiquant avec toute la région par le réseau des routes caravanières, les Nabatéens étaient aussi clients de Rome. Leur architecture s’inspire donc directement de celle qu’on trouvait dans les riches provinces romaines de Syrie et de Palestine voisines.

  • Canal de Suez (en navigation)

    L’importance de cette artère vitale est si grande que dès le deuxième millénaire av. J.-C, Sesostris III avait ordonné la construction d’une voie d’eau, reliant par la basse vallée du Nil, la mer Rouge à la mer Méditerranée. Le canal moderne a été percé bien des siècles plus tard lorsque l’arrivée des navires à vapeur a définitivement raccourci les lignes du commerce mondial. Toute l’ingéniérie et la puissance bancaire du second Empire seront mobilisées en France pour le percement de l’isthme de Suez, inauguré par l’impératrice Eugénie en 1869.

    À peine ouvert, le canal révolutionne le transport maritime et devient l’objet des rivalités internationales. Mais c’est toujours le commerce qui triomphe et ce petit cordon de mer, qui traverse le désert comme un mirage, est aujourd’hui une des voies les plus fréquentées du monde. Entretenu avec soin depuis sa construction, le canal a subi récemment une très importante campagne de travaux qui ont permis d’en doubler la capacité.

  • Jérusalem

    Le Lyrial fera escale à Ashdod, à 65 km de Jérusalem (environ 1h).

    Jérusalem est une ville remarquable, historique, hors du temps. Dix-huit fois occupée par une puissance étrangère, la cité demeure sacrée pour les trois religions monothéistes. Elle focalise les pensées et cristallise les prières de millions de fidèles dans le monde entier. Située au cœur des arides monts de la Judée, Jérusalem (Yerushalayim en hebreu) est la « ville de la paix » ou « la sainte ». (Al Quods en arabe). Son Histoire chaotique est celle d’une cité devenue centre d’un peuple-religion.

    Abcès de fixation et pomme de discorde, Jérusalem aujourd’hui est une cité partagée. Dans sa vieille ville, entre les quatre grands quartiers religieux mais aussi dans sa ville moderne. Jérusalem Ouest est une métropole moderne, capitale officielle mais non reconnue d’Israel ; Jérusalem Est est une ville arabe palestinienne, annexée en 1967, sous occupation militaire jusqu’à aujourd’hui.

    Pourtant on se rend à Jérusalem pour sa force spirituelle communicative, sa passionnante configuration ethnico-religieuse et pour ses très nombreux monuments liés à l’une ou l’autre des religions.

    Excursions optionnelles :
    • Jérusalem et Bethlehem

    • Visite panoramique de Jérusalem
    • Masada et la mer morte

  • Héraklion

    Héraklion est un port très actif, une ville animée. Après la brillante civilisation des palais, au temps du roi Minos, cette partie de la côte a été dévastée par le tsunami consécutif à l’explosion du volcan de Santorin. En ville, le musée archéologique, récemment restauré, conserve la plus belle collection d’objets, peintures et sculptures de cette époque.

    Par sa position centrale en Méditerranée, Héraklion a été âprement disputée au cours de l’histoire et la ville en conserve de nombreux souvenirs : églises byzantines, loggias et remparts vénitiens, fontaines turques… Son urbanisme un peu désordonné évoque déjà l’Orient dont le marché central donne un avant-goût savoureux.

    Excursions optionnelles :
    • Le Palais de Phaestos
    • Villages de Crète
    • Le Palais de Knossos

  • Pylos

    Vu de la mer Pylos ressemble à un paisible village des Cyclades avec ses maisons blanches qui cascadent jusqu’au port. C’est pourtant dans la rade qui lui fait face que s’est déroulée la fameuse bataille de Navarin (1827) qui marque le début de l’histoire de la Grèce moderne. Sous les grands platanes de la place, le monument au trois amiraux, français, russe et anglais, rend hommage à leur victoire. La rade tout entière, une des mieux protégée de la mer Ionienne, est  environnée de souvenirs militaires : forteresses antiques, médiévales ou modernes.

    La place centrale, animée en fin de matinée comme une scène de théâtre, est l’endroit idéal pour prendre un verre avant le repas et observer un village traditionnel où l’on vit de la culture de l’olivier, à l’écart des grands flux touristiques.

    Excursions optionnelles :
    • Le Palais de Nestor et la forteresse de Methoni

    • Le Palais de Nestor et le Château de Niokastro

  • Kalamata

    Après la quatrième croisade, les Barons francs se partagent en Morée les dépouilles de l’empire byzantin. Kalamata devient un de leur fief. De cette époque il subsiste en haut de la ville une forteresse sur son rocher.

    À ses pieds la vieille ville déploie ses ruelles avec des brûleries de café, ses parfums d’Orient et sa vieille église des Saints Apôtres.
    Au XIXème siècle, après cinq siècles d’occupation turque, la ville sort de sa léthargie. Le port se développe et une cité moderne et aérée se construit au bord de la mer. Kalamata a subi plusieurs tremblements de terre mais elle s’est toujours reconstruite. Avec ses nombreuses terrasses de cafés, le centre-ville, rendu aux piétons, est très animé le matin et en fin de journée. Kalamata est le point de départ des excursions à Mistra et à Messène.

    Excursions optionnelles :
    • Messini « Trésor caché du Péloponnèse »
    • Découverte de Mistra, ville byzantine

  • Mistra

    En venant de Kalamata, on arrive à Mistra par la magnifique route panoramique qui franchit le Taygète, la montagne la plus haute de la région. Fondée au XIIIe siècle par Guillaume de Villehardouin, un Baron franc d’origine champenoise, la ville de Mistra s’accroche à flanc de montagne dans un site spectaculaire et facilement défendable. Rendue à l’empire byzantin, Mistra devient jusqu’au XVe siècle le siège du Despotat de Morée (l’ancien nom du Péloponnèse).

    Dans ses églises, ses monastères et ses palais on retrouve un peu de l’éclat de Constantinople, la capitale de l’empire. Le prestige de la ville grandit et son activité ne cessera pas avec l’arrivée des Turcs en 1460.

    Mistra souffre pendant la guerre d’indépendance et les habitants commencent à abandonner le site à partir de 1830 pour s’installer dans la ville moderne de Sparte dans la plaine en contrebas. Reste aujourd’hui une ville fantôme aux ruines très émouvantes, églises peintes, monastères abandonnés, palais aux fenêtres ouvrant sur le vide.

    Depuis le site on a un coup d’oeil extraordinaire sur la plaine où moutonnent orangers et oliviers à perte de vue.

  • Monemvasia

    Comme un gros caillou détaché du continent et jeté dans la mer par un géant, l’île de Monemvasie est une curiosité géologique reliée à la terre par une chaussée. Cette situation de château fort naturel en a fait au fil du temps le refuge des populations voisines qui y subirent de nombreux sièges.

    Le vin de la région, le célèbre Malvoisie était estimé dans toute l’Europe médiévale et Monemvasie devint un port important aux marches de l’Empire byzantin.

    Sur le plateau, la ville haute a été abandonnée et c’est dans une brèche de la falaise que s’est établie la nouvelle ville fortifiée à l’ombre de son rocher. Aujourd’hui paisible, murée dans son silence, elle conserve dans ses remparts, ses églises et ses monuments le souvenir de tous les occupants qui se la disputèrent : Byzantins, Ottomans, Vénitiens…

    Excursions optionnelles :
    • Visite a pied de Monemvasia et ses maisons traditionnelles
    • Visite à pied de la ville médiévale de Monemvasia

  • Hydra

    D’un saut de puce nous voilà à Hydra. Aride, escarpée, minérale, l’île ne semble pas très hospitalière. Le bateau longe une montagne austère qui tombe dans la mer. Soudain son flanc s’ouvre et l’on entre, comme par effraction, dans le décor typique de la Grèce des îles : un port  charmant entouré d’un amphithéâtre de maisons qui partent à l’assaut des hauteurs voisines. Les caïques et les yachts qui dansent sur l’eau, la ribambelle des cafés qui s’alignent sur le quai, les caravanes d’ânes qui attendent patiemment leur chargement, les chats qui se lèchent les babines devant la barque des pêcheurs… Toute la vie d’Hydra se concentre sur le port, tandis que le labyrinthe des ruelles colorées de bougainvillées et de jasmin invite à flâner sans fin. Pas une voiture, pas même un vélo, rien ne semble devoir interrompre cette tranquillité de carte postale.

    Excursions optionnelles :
    • Visite d’Hydra à pied

  • Athènes

    La capitale grecque, conjugue subtilement antiquité et modernité pour mieux nous surprendre. Ville-monde à l’époque antique, placée sous le signe de la déesse Athéna, elle a vu naître artistes, savants, philosophes et soldats. Laboratoire de la pensée classique c’est dans ses murs que s’est construite notre idée de la démocratie. C’est peu dire que notre civilisation lui est redevable. Comme pour nous le rappeler, l’Acropole et ses monuments insignes, trônent toujours majestueusement au-dessus des galeries d’art contemporain, des placettes charmantes et des bars animés. La crise qui a frappé le pays n’a pas épargné la ville où beaucoup de commerces du centre ont fermé. Mais l’adversité n’a pas entamé le dynamisme des Athéniens qui fréquentent toujours nombreux les cafés en suivant les migrations de la mode, d’un quartier à l’autre.